LES AVENTURES DE PINOCCHIO

Histoire d’une marionnette

Carlo Collodi

 

Traduction de Claude Sartirano

 

 

 

1 – Avertissement

Cette traduction en français du chef d’œuvre de Carlo Collodi « Le avventure di Pinocchio, storia di un burattino » a été réalisée en 2002 à partir du texte original de 1883. Cette traduction s’ajoute aux nombreuses autres publiées sous forme de livres par divers éditeurs mais celle-ci est exclusivement et gracieusement mise à la disposition des internautes francophones pour lesquels reste énigmatique la langue de Dante et de... Collodi. Elle a essentiellement pour but de faire partager le plaisir qu’a éprouvé le traducteur à la lecture des péripéties de l’illustre Pinocchio, une histoire dont les nombreux et savoureux rebondissements sont cependant moins connus qu’on ne le croit. Pour toute utilisation du texte français, il est toutefois demandé de citer le nom du traducteur : simple courtoisie et respect du travail d’autrui. Toute exploitation commerciale de ce texte est évidemment interdite sauf accord écrit avec l’auteur de la traduction.

 

 

                                                                                 En bandeau, quelques photos de la très belle adaptation cinématographique de Luigi Comencini

 

Quant à la plupart des dessins qui agrémentent la lecture des chapitres, ils sont de Enrico Mazzanti (1850 – 1910) et de Carlo Chiostri (1863 – 1939) qui furent parmi les premiers illustrateurs des “Avventure di Pinocchio”

 

 

Les remarques concernant ce site peuvent être adressées par courrier électronique à :

 

acsartirano@wanadoo.fr

 

 

Pour accéder à un chapitre, il suffit de cliquer dans le sommaire (voir ci-dessous) sur le numéro du chapitre. Ensuite, des liens représentés par des flèches permettent de passer du chapitre choisi au chapitre suivant comme au chapitre précédent ou de revenir à cette page d’accueil.

 

2 – Note du traducteur

Cette traduction veut avant tout rester fidèle à l’esprit du texte de Carlo Collodi en cherchant à éviter toute tentation interprétative comme toute mise en forme un peu recherchée qui auraient eu pour effet de trahir un style volontairement simple, net, très précis. C’est d’ailleurs justement ce style n’aimant ni les fioritures ni les effets de plume qui a permis à la langue écrite de Carlo Collodi de ne pas vieillir, bien que plus d’un siècle nous sépare d’elle. Si le passage d’une langue à l’autre nécessite forcément quelques aménagements,  l’essentiel de ce conte du 19e siècle italien a encore l’étrange pouvoir de se glisser avec aisance dans le gant de la langue française du 21e siècle. Ce n’est pas la moindre des qualités de cet inusable Pinocchio.

Ces qualités sont multiples. Notamment : plongée saisissante de justesse dans le monde de l’enfance, plaidoyer toujours émouvant en faveur de l’instruction seule capable d’éviter la misère et les naufrages humains, puissante parabole sur la paternité (Geppetto) comme sur la maternité (La Fée), pamphlet égratignant avec humour quelques institutions (médecine, justice, monde politique), hommage à la Nature dont les habitants - les animaux – ne cessent d’intervenir dans l’itinéraire brouillon de la marionnette comme autant de balises lui servant de guides ou de repoussoirs... le tout en un savant enchevêtrement mêlant intimement merveilleux et réalité. On n’en finit pas de découvrir de nouvelles raisons d’aimer ce grand roman de l’enfance sage et fou à la fois et à la générosité débordante.

Il semble convenu, aujourd’hui, de traduire « burattino » par « pantin ». Mais ce terme a une connotation péjorative et il lui a donc été préféré « marionnette », plus ludique donc plus en accord avec la personnalité fantaisiste du jeune héros de cette histoire. 

 

3 – Carlo Collodi

Carlo Lorenzini, dit Collodi, est né à Florence en 1826 dans une famille modeste. Collodi, son pseudonyme d’écrivain et de journaliste, est le nom du village natal de sa mère où lui-même séjourna enfant. Après des études dans une école religieuse, il rédige des notes pour une bibliothèque de la capitale toscane et entreprend parallèlement une carrière de journaliste qui l’amène à fonder en 1848 son propre journal, Il Lampione  (Le Réverbère), où il exerce sa verve satirique. Interdit l’année suivante, il lance alors La Scaramuccia ( L’Escarmouche), à l’existence également éphémère. Patriote, il s’engagera pour lutter contre l’oppression autrichienne en 1848 ainsi qu’en 1859, cette fois aux côtés de Garibaldi.

Son oeuvre proprement littéraire – romans et pièces de théâtre – reste confidentielle jusqu’à 1875, année où il traduit pour un éditeur florentin « Les Contes de Perrault ». Ce travail lui ouvre des horizons nouveaux et il va désormais se consacrer avec succès aux livres pour enfants, notamment la série des Giannettino (Jeannot), où il tente de dépoussiérer un genre en vogue à l’époque : la narration à but éducatif. C’est dans la foulée de cette activité littéraire plus ou moins personnelle qu’il va confier en 1881 au  Giornale per i Bambini  (Journal des Enfants) un feuilleton de « pur divertissement » intitulé « Histoire d’une marionnette ». On sait que cette première mouture des « Aventures de Pinocchio » s’arrêtait à la fin du chapitre 15 de la présente version, c’est à dire à la mort annoncée de son héros, pendu à un arbre par des brigands. Il fallut toute la ténacité de ses jeunes lecteurs qui exigeaient une suite pour que Collodi, qui avait la réputation d’être plutôt paresseux, se remette à l’ouvrage et termine, bien des péripéties plus tard, son chef d’œuvre qui sera publié en volume dés 1883.

D’autres contes suivront qui n’auront évidemment pas le retentissement de ce texte génial diffusé et traduit dans le monde entier. Collodi meurt en 1890 dans sa ville natale. Ses manuscrits sont conservés par la Bibliothèque Centrale de Florence.

 

4 – Sommaire

.  Chapitre 01 – Comment Maître Cerise, le menuisier, trouva un morceau de bois qui pleurait et riait comme un enfant

Chapitre 02 – Maître Cerise offre le morceau de bois à son ami Geppetto qui le prend pour se fabriquer une marionnette extraordinaire capable de danser, de tirer l’épée et de faire des sauts périlleux.

Chapitre 03 – De retour chez lui, Geppetto se met tout de suite à fabriquer sa marionnette et lui donne le nom de Pinocchio. Premières espiègleries de la marionnette.

Chapitre 04 – L’histoire de Pinocchio et du Grillon-qui-parle. Où l’on voit que les méchants garçons ne supportent pas d’être contrariés par qui en sait plus qu’eux.

Chapitre 05 – Pinocchio a faim et cherche un oeuf pour faire une omelette. Mais au moment de la manger, l’omelette s’envole par la fenêtre.

Chapitre 06 – Pinocchio s’endort les pieds posés sur le brasero et le lendemain matin ils sont entièrement calcinés.

Chapitre 07 – Revenu chez lui, Geppetto va refaire les pieds de la marionnette et lui donner son propre repas.

Chapitre 08– Geppetto taille de nouveaux pieds à Pinocchio et vend son manteau pour lui acheter un abécédaire.

Chapitre 09– Pinocchio vend son abécédaire pour aller au théâtre de marionnettes.

Chapitre 10 – Les marionnettes reconnaissent en Pinocchio l’une des leurs et lui font fête. Au moment où l’allégresse est à son comble survient Mangiafoco, le marionnettiste. Pinocchio est promis à une triste fin.

Chapitre 11 – Mangiafoco éternue et pardonne à Pinocchio, lequel sauve de la mort son ami Arlequin.

Chapitre 12 – Mangiafoco, le marionnettiste, donne cinq pièces d’or à Pinocchio pour qu’il les porte à son papa Geppetto. Mais Pinocchio se laisse embobiner par le Renard et le Chat.

Chapitre 13 – A l’auberge de l’Ecrevisse Rouge.

Chapitre 14 – Pinocchio, qui n’a pas suivi les excellents conseils du Grillon-qui-parle, se retrouve nez à nez avec des bandits.

Chapitre 15 – Les bandits continuent de poursuivre Pinocchio. Après l’avoir rattrapé, ils le pendent à une branche du Grand Chêne.

Chapitre 16 – La jolie fillette aux cheveux bleu-nuit envoie chercher la marionnette, la met au lit et appelle trois médecins pour savoir si elle est morte ou vivante.

Chapitre 17 – Pinocchio accepte le sucre mais refuse le purgatif. Mais quand les croque-morts viennent le chercher, il prend son médicament. Puis il ment et son nez s’allonge.

Chapitre 18 – Pinocchio retrouve le Renard et le Chat. Il part avec eux semer ses quatre pièces d’or dans le Champ des Miracles.

Chapitre 19 – Non seulement Pinocchio se fait voler ses pièces mais il écope, en plus, de quatre mois de prison.

Chapitre 20 – A sa sortie de prison, Pinocchio se remet en route pour aller chez la Fée. Mais un horrible serpent lui barre le chemin et il tombe dans un piège.

Chapitre 21 – Pinocchio est délivré par un paysan qui l’oblige à faire le chien de garde près d’un poulailler.

Chapitre 22 – Pinocchio démasque les voleurs de poules. Pour sa récompense, il recouvre la liberté.

Chapitre 23 – Pinocchio pleure la mort de la jolie fillette aux cheveux bleu-nuit puis il rencontre un pigeon qui l’emmène au bord de la mer. Là, il se jette à l’eau pour sauver son papa Geppetto.

Chapitre 24 – Pinocchio arrive dans une île appelée « Ile des Abeilles Industrieuses » et retrouve la Fée.

Chapitre 25 – Lassé d’être une marionnette et voulant devenir un bon garçon, Pinocchio promet à la Fée de s’améliorer et d’étudier.

Chapitre 26 – Pinocchio va au bord de la mer avec ses camarades de classe pour voir le terrible Requin.

Chapitre 27 – Grosse bagarre entre la marionnette et ses camarades d’école. L’un d’eux ayant été blessé, Pinocchio est arrêté par les gendarmes.

Chapitre 28 – Pinocchio court le grand danger d’être frit à la poêle, comme un poisson.

Chapitre 29 – Pinocchio retourne chez la Fée qui lui promet qu’il va devenir un vrai petit garçon. Pour fêter cet évènement majeur, un grand goûter est organisé.

Chapitre 30 – Au lieu de se transformer en petit garçon, la marionnette part en cachette au Pays des Jouets avec son ami La Mèche.

Chapitre 31 – Après cinq mois passés au pays de cocagne, Pinocchio, à sa grande surprise, se voit pousser des oreilles d’âne. Il devient un vrai bourricot, avec la queue et tout le reste.

Chapitre 32 – Ses oreilles ayant poussé, Pinocchio se met à braire comme un vrai petit âne.

Chapitre 33 – Devenu un vrai âne, Pinocchio est vendu au directeur d’un cirque qui lui apprend à danser et à sauter dans des cercles. Un soir de représentation, il s’estropie et il est revendu pour sa peau.

Chapitre 34 – Le petit âne Pinocchio est mangé par les poissons et redevient une marionnette. Alors qu’il nage pour sauver sa vie, il est avalé par le terrible Requin.

Chapitre 35 – Pinocchio, dans le corps du Requin, retrouve... Mais qui donc retrouve-t-il ? Vous le saurez en lisant ce chapitre.

Chapitre 36 – La marionnette Pinocchio devient enfin un vrai petit garçon.