Les aventures de Pinocchio

Chapitre 4

 

 

L’histoire de Pinocchio et du Grillon-qui-parle. Où l’on voit que les méchants garçons ne supportent pas d’être contrariés par qui en sait plus qu’eux.

 

 

 

                                                                                                                                                                                      

 

 

 Voilà donc la suite, les enfants. Alors que le pauvre Geppetto était conduit sans raison en prison, ce polisson de Pinocchio, sorti des griffes du carabinier, descendit à toutes jambes à travers champs pour rentrer plus vite à la maison. Dans sa course folle, il gravissait les plus hauts talus, sautait pas dessus des haies de ronces et franchissait des fossés pleins d’eau, exactement comme un chevreau ou un jeune lièvre poursuivi par des chasseurs. Arrivé devant la maison, il trouva la porte entrouverte. Il lui donna une bourrade, entra, tira tous les verrous et s’affala par terre en poussant un grand soupir de satisfaction.

Mais la satisfaction dura peu car il entendit, quelque part dans la pièce, quelqu’un qui faisait :

-Cri-cri-cri !

-Qui donc m’appelle ? – demanda Pinocchio, apeuré.

-C’est moi !

Il se retourna et vit un énorme Grillon qui grimpait lentement sur le mur.

-Dis-moi, Grillon, qui es-tu ?

-Je suis le Grillon-qui-parle, et je vis dans cette pièce depuis plus de cent ans.

-Ouais, mais maintenant c’est ma maison à moi – dit la marionnette – et si tu veux vraiment me faire plaisir, va-t-en tout de suite et ne reviens pas.

-Je ne partirai d’ici – répondit le Grillon – qu’après t’avoir dit une vérité essentielle.  

-Bon, alors grouille-toi de me la dire.

-Malheur aux enfants qui se révoltent contre leurs parents et abandonnent par caprice la maison paternelle ! Jamais ils ne trouveront le bien en ce monde et, tôt ou tard, ils s’en repentiront amèrement.

-Cause toujours, mon Grillon, tant qu’il te plaira : moi je sais que demain, à l’aube, je partirai d’ici car si je reste, il m’arrivera ce qui arrive à tous les enfants. C’est à dire qu’ils m’enverront à l’école et, que cela me plaise ou non, on m’obligera à étudier. Or moi, je te le dis en confidence, étudier ne me va pas du tout. Cela m’amuse beaucoup plus de courir derrière les papillons et de grimper dans les arbres pour dénicher les oiseaux.

-Pauvre petit sot ! Tu ne sais donc pas qu’en agissant ainsi tu deviendras le plus beau des ânes et que tout le monde se paiera ta tête ?

-Oh ! La barbe Grillon de malheur ! – cria Pinocchio.

Mais le Grillon, qui était patient et philosophe, au lieu de prendre mal cette impertinence, continua sur le même ton: -S’il ne te plait pas d’aller à l’école, tu pourrais au moins apprendre un métier, de façon à pouvoir gagner ta vie honnêtement.

-Tu veux que je te dise ? – répliqua Pinocchio, qui commençait à s’énerver - Parmi tous les métiers du monde, un seul me conviendrait parfaitement.

-Et ce métier serait ?...

-Celui qui consiste à manger, boire, dormir, m’amuser et me balader du matin au soir.

-Pour ta gouverne – lui répondit le Grillon-qui-parle avec son calme habituel – je te signale que ceux qui pratiquèrent un tel métier ont tous fini leurs jours à l’hospice ou en prison.  

-Cela suffit, Grillon de malheur !... Si la colère me prend, gare à toi !

-Pauvre Pinocchio ! Tu me fais pitié !...

-Et pourquoi, Grillon ?

-Parce que tu es une marionnette et, ce qui est terrible, que tu as donc la tête dure comme du bois. 

Rendu absolument furieux par ces dernières paroles, Pinocchio se leva d’un bond, s’empara d’un marteau sur l’établi et le lança à toute volée vers le Grillon-qui-parle. Peut-être crut-il qu’il ne le toucherait même pas. Malheureusement, il le frappa en plein sur la tête, si bien que le pauvre Grillon, après avoir fait une dernière fois cri-cri-cri, resta collé au mur, raide mort.